Aguarte

2018
300 x 250 x 40 cm.
Système de purification, de stockage et de distribution d'eau gratuite et peinture murale.

L’eau de la paix

L’art, a-t-on pu penser, est la façon la plus élaborée dont une civilisation prend conscience d’elle–même. Cette manière de voir sans être fausse est limitée et dépassée. Les artistes ne se contentent pas de montrer ou de dénoncer ; ils sont les partenaires actifs des transformations sociales. Ils élèvent à une dimension supérieure ce que les administrateurs ne voient souvent qu’en plan. Cette vision artistique est de plus en plus indispensable à nos sociétés gagnées par la maladie de la rentabilité et de l’efficacité à court terme. Il ne faut pas moins mais plus de rêves et toujours davantage de moyens pour les partager. En partant d’un projet poétique et écologique, purifier l’eau, Fabien Léaustic a donné à son œuvre une dimension sociale et économique sans doute plus efficace que n’importe quelle décision technocratique.
Aguarte, parle de guerre, « la guerre de l’eau », en l’occurrence, menée par les superpuissances pour accaparer une ressource locale indispensable à la vie de populations qui en sont indûment privées puisque ce bien commun est accaparé pour la production non seulement de sodas mais aussi d’eau mise industriellement en bouteille et exportée par ces multinationales. Le geste artistique ici est simple : redistribuer gratuitement cette eau à ceux dont la vie en dépend et qui ne peuvent la boire qu’en payant 10 pesos le litre. En réutilisant les codes graphiques des marchands d'eau Fabien Léaustic a employé la technique des peintures murales si courantes au Mexique. Pour cette marque d'eau créée par lui, il a choisi comme logo un détail du plumage de l'aigle du drapeau mexicain mais, par une inversion subtile, il lui a donné la couleur des fruits sur lequel l’Etat – rapace exerce son pouvoir. (...)

(...) Sa première compétence technique – il a fait d’abord des étude d’ingénieur – alliée à sa formation artistique ont permis à Fabien Léaustic de créer une véritable fontaine grâce à la mise au point d’un système de stockage de l’eau qui, une fois purifiée, permet d’en tirer d’avantage dans la journée à un plus grand débit. Un contrat entre la fondation Casa Proal et l'entreprise responsable de l’installation et de l’entretien du filtre garantit l’opération pendant cinq ans. Durant cette période plus d'un million de litres d'eau sera fourni à la population soit à peu près l’équivalent de 100 000 euros par an.

Texte de Gilles A. Tiberghien
pour Aguarte à la Casa Proal en 2018.
Œuvre produite par la fondation Casa Proal - San Rafael - Veracruz - Mexique.
hotos, vidéo et montage : Alexander Barrios.